Hier soir j'étais à la nocturne du Palais de Tokyo.

La dernière fois que j'y suis allée, j'ai notamment vu des vidéos de personnes qui dorment, cela m'ayant moyennement intéressée. J'y avais aussi découvert John Giorno, poète américain.

L'exposition du moment est d'un tout autre registre : le son et la lumière. Plus précisément, l'impact (sonore et visuel) des molécules d'air sur des toiles d'araignées. Il faut diire que l'approche d'Halloween se fait sentir.

Le Palais de Tokyo 1

L'exposition paraît au premier abord très insolite, et par la suite on découvre des salles où différentes formes géométriques, jouant avec les ombres et la lumière, sont représentées autour de nous.

D'un moment à l'autre on se sent dans l'infiniment petit puis dans l'infiniment grand. Par exemple, j'ai aimé le lieu où nous nous tenions dans une toile d'araignée géante, et où un son s'élevait de chaque fil que nous manions. Ou lorsque des fils géants se mouvaient aux sons qui se répercutaient dans la pièce.

L'ambiance y est partout psychédélique et reposante. Je me sentais dans un autre monde.

Au sous-sol, un DJ participait à l'environnement paisible du musée.

Le Palais de Tokyo 2

Rien à dire sur cette exposition, à part qu'elle m'a scotchée. Il arrive que l'art moderne soit surprenant et captivant !

___